La beauté dans l’imperfection

- Catégories : Inspiration

L’artiste française Isabelle Yamamoto, désormais installée à Bruxelles, confectionne une nouvelle vie à des textiles anciens qu’elle déniche au gré de ses pérégrinations, pour en faire des coussins à la sobriété élégante.

Isabelle Yamamoto

L’amour de la matière et la volonté de rendre hommage au travail de l’humain, sans distinction d’origine, sont à l’origine de la force créative d’Isabelle Yamamoto.

Isabelle Yamamoto Isabelle Yamamoto

A l’origine, Isabelle Yamamoto est une passionnée de décoration intérieure, curieuse et amoureuse de l’esthétisme. C’est dans ses voyages et ses parties de chine, qu’elle aime découvrir et rencontrer artisanats et humains. Ce qui la constitue fondamentalement, c’est cette admiration pour la main de l’Homme qui donne vie à la matière.

La créatrice se définit comme une personne méticuleuse dans ce qu’elle fait, et admet être à la recherche d’une certaine forme d’excellence. Ses aptitudes la portent naturellement à rechercher, dans ses compositions d’ensemble, l’équilibre et la liaison entre tous les éléments. Son travail en décoration intérieure est de concevoir des lieux de vie, chaleureux et accueillants, qui invitent à la détente contemplative. Pour obtenir cette harmonie, elle joue avec les structures et les matières.

C’est de cette même matière dont elle va vouloir s’emparer pour se l’approprier, et inventer un dialogue avec le monde, au travers de ces textures. Sensible à la nécessité de respecter et de protéger l’environnement, Isabelle Yamamoto a porté sa réflexion sur une démarche éco-responsable. L’enjeu était de créer, tout en donnant une deuxième vie, en recyclant des textiles anciens. Souvent à usage ordinaire, ces tissus parfois désuets, sont une aubaine pour la créatrice, qui leur offre un style contemporain, sobre et intemporel.

Cette démarche s’inscrit plus que jamais dans l’actualité environnementale. Au travers de son concept créatif, l’artisane contribue au respect et à la protection de l'environnement, tout en rendant hommage au travail de l’humain. Cette philosophie est la pierre angulaire des collaborations à venir avec des artistes et artisans. Intuitivement, l’art de vivre et la culture de son mari japonais transparaissent dans l’élégante sobriété de son travail.

Comme elle aime à citer Mies van der Rohe “Less is more”, et c’est bien là l’idée que ce fait Isabelle Yamamoto, du moyen de lutter contre la surabondance. “Dans un monde, de surconsommation, je veux montrer qu'avec peu on peut créer, sublimer...”

Isabelle Yamamoto
Isabelle Yamamoto

La signature d’Isabelle Yamamoto: transcender les marques du Temps pour un faire des particularités, des gages d’originalités. Laisser apparent ce qui d’habitude est caché: un raccord de couture, une trame… “Peut importe ce que le tissu me raconte, c'est lui qui parle avant moi.”

Elle conserve tout des tissus qu’elle utilise pour la confection de ses coussins. “Je conserve tout dans le tissu d'origine, allant même jusqu'à garder les petits défauts de tissage, les raccords car ils évoquent pour moi la fragilité de la vie, et en particulier la nôtre, celle des êtres humains.”

Dans le contexte actuel de profonde remise en question, toutes ses créations sont en tissus recyclés et sont réalisées en pièces uniques et/ou en séries limitées. Ses coussins sont élaborés avec des chutes de tissus, des vieux draps, des toiles agraires...

Isabelle Yamamoto
Isabelle Yamamoto

Isabelle Yamamoto nous propose un univers dans lequel se mêlent imperfections et hasard du geste humain; poésie des couleurs organiques et caractère de la matière; simplicité et élégance.

La philosophie wabi-sabi s’exprime naturellement dans son travail et sa vision de l’esthétique. En travaillant avec des fibres naturelles telles que le lin, le chanvre, l’ortie du Népal, elle conserve l’énergie que transportent ces tissus et à laquelle elle est très sensible.

“Cette énergie est vivante. La nature est une source constante d'inspiration, ses couleurs, son harmonie et sa sérénité.”

Partager ce contenu